Blog


You are here: The Worldwide Womb Blessing® > Blog > Anglais > Le Voyage de la Crone à la Jeune Fille

Le Voyage de la Crone à la Jeune Fille

Aussi traduit en: en hr fr it de pt-br pt-pt es

From Crone to Maiden
Print Friendly, PDF & Email

Comment émerger de notre obscurité

Pour comprendre comment émerger de l’obscurité vers la lumière, il nous faut d’abord comprendre l’obscurité de la Crone.

Dans cette phase de notre cycle menstruel, les énergies lentes et introverties de la Crone peuvent avoir tendance à prendre possession de notre vie. Que nous le voulions ou pas – et parfois nous lui résistons fort – la Crone nous appelle depuis l’obscurité au cœur du labyrinthe, et dans un état de transe, nous descendons dans les profondeurs de son royaume de repos. Son énergie est palpable également dans la douceur de la nuit, le retrait de la Lune Sombre, la quiétude de l’Hiver, et dans les moments de pause profondes où la vie nous force à prendre un temps d’arrêt et de réflexion.

Pour certaines femmes, c’est une bénédiction de pouvoir se reposer dans le cœur du labyrinthe, nichée dans l’obscurité de la Crone – dans ce sanctuaire à l’abri de la vie moderne et de ses exigences incessantes. En compagnie de la Crone, sous la terre, nous nous sentons en sécurité, et rien n’est urgent ni important. Nous sommes protégées des émotions turbulentes de l’Enchanteresse pré-menstruelle et de l’ego ambitieux de la Jeune Fille Lumineuse. C’est un sanctuaire où nous pouvons rêver notre avenir, faire le point sur le passé, et découvrir notre chemin pour le mois à venir. Parfois, nous ne voulons pas émerger de l’obscurité pour entrer dans la lumière, où nous pouvons être vues et jugées et reconnues comme « insuffisantes ». Nous souhaitons parfois rester plus longtemps dans les énergies de la Crone, où nous nous sentons pleinement acceptées et aimées, contemplant les étoiles, connectées à l’Univers et notre âme.

Mais pour d’autres, qui ont du mal à appréhender l’obscurité et qui décident mentalement qu’elle dure trop longtemps, l’appel de la Crone est retentissant. Lorsque ces femmes se forcent à remonter les marches pour échapper au labyrinthe, elles retombent dans l’obscurité.  

La Crone nous appelle quand nous avons besoin de nous arrêter, de nous reposer, d’écouter et de comprendre que nous avançons dans la mauvaise direction. Mais notre société nous dit qu’il est mal de s’arrêter et notre ego redoute l’absence de lumière et d’énergie, le manque de réussite extérieure et d’activités qui lui donnent un statut et un sens. La Crone attend avec une patience infinie que nous comprenions ce qui dissone à l’intérieur de nous et que nous nous tournions vers ce qui semble juste. Pour celles d’entre nous qui souhaitaient rester dans l’obscurité, cette étape nous donne la confiance de repartir – et pour celles qui résistaient à la Crone, nous finissons par remplir ses attentes et elle nous relâche enfin avec sa bénédiction.

Nous ne pouvons pas presser la Crone. Nous ne pouvons pas hâter le passage de l’Hiver au Printemps, ou forcer la nouvelle Lune à apparaître dans le ciel. Et nous ne pouvons pas forcer notre passage de la Crone menstruelle à la Jeune Fille. Notre rôle, quand nous sommes au cœur du labyrinthe, est de regarder à l’intérieur de nous-même, de contempler notre vie et de reconnaître ce qui est juste et ce qui nous apporte de la joie. Car c’est bien la joie qui nous mène de l’obscurité à la lumière.

La Crone nous donne l’opportunité de découvrir ce que nous aimons – ce que nous aimons avoir, ce que nous aimons faire, et en quelle compagnie nous aimons être. Ensuite, lorsque nous le savons, la Crone met son tablier, descend son chaudron de l’étagère, et commence à mélanger les énergies pour créer notre avenir. Elle nous donne une bougie allumée avec le feu de notre amour, puis nous allons vers les marches, et lentement et prudemment d’abord, nous commençons à monter pour sortir de l’obscurité. Nous ne voyons pas le chemin entier se déployer devant nous, mais à chaque pas, nous pouvons ressentir la bonne direction à prendre en nous concentrant sur ce qui nous apporte de l’amour et de la joie.

Puis la neige de l’hiver fond et les rayons du soleil pénètrent dans le labyrinthe. Et nous n’avons plus besoin de la bougie parce que la lumière du monde extérieur nous montre le chemin, comme à chaque fois. Nous pouvons alors courir et sauter, rire et jouer et voir le monde empli de nouvelles opportunités et d’idées passionnantes.

Mais tout cela est possible uniquement si nous écoutons la Crone et entendons les messages contenus dans la bougie qu’elle nous donne – tu es suffisante, tu as suffisamment de choses, tu aimes suffisamment, tu es suffisamment en sécurité et tu en fais assez. 

Quand nous sentons vraiment au fond de nous que nous sommes déjà complètes telles que nous sommes, alors l’Hiver nous quitte et une lumière et une croissance nouvelles entrent dans nos vies…

Chaque jour pose-toi cette question :
Si je suis suffisante,
que je possède suffisamment,
que j’aime suffisamment,
que je suis suffisamment en sécurité,
et que j’en fais assez,

que suis-je maintenant libre de faire?

 

Aussi traduit en: en hr fr it de pt-br pt-pt es